Tag Archive for Nicolas Dartiailh

J’ai participé au stage « Lightroom pour les photographes »

stage photo lightroomSamedi 6 avril 2013 a eu lieu la première session du stage « Lightroom pour les photographes » encadré par le photographe Nicolas Dartiailh. Ayant participé à cette formation, je vous livre ici un petit compte rendu de cette après-midi de découverte du logiciel préféré des photographes professionnels.

Le stage commence tranquillement autour d’un café bien chaud. Chacun se présente et explique ce qui l’a motivé à venir faire cette formation. Hugues comme Philippe possèdent déjà Lightroom chez eux, et ont commencé à le découvrir seul. Mais ils se sont vite rendus compte qu‘il n’est pas évident de comprendre la logique du logiciel au premier abord, et que la lecture du manuel d’utilisation est fastidieuse.

stage lightroomOn s’installe ensuite devant les ordinateurs : un pc est fourni pour chaque participant, avec la dernière version du logiciel fraichement installée : Lightroom 4.4 . Le formateur commence par un peu de théorie : qu’est ce que Lightroom ? à quoi sert-il ? quelles sont ses points forts et ses points faibles ? quelles sont les différences entre Photoshop et Lightroom, et dans quel cas utiliser l’un ou l’autre ?

Lightroom vs Photoshop
Nicolas nous explique que ces deux logiciels sont complémentaires : Lightroom est indépassable pour cataloguer/organiser/gérer ses photos, et très puissant pour faire des retouches rapides globales sur de grandes quantités d’images. Avec Photoshop, les images seront retouchées une par une, on peut y faire des retouches locales très poussées et du photomontage (ce qui n’est pas possible avec Lightroom). En bref, Lightroom est destiné aux photographes quand Photoshop est plus utile aux graphistes ou aux photographes qui veulent réaliser des retouches complexes.

lightroom
Fonctionnement de lightroom
Ensuite, Nicolas nous explique le principe de fonctionnement de Lightroom. Celui-ci repose sur un système de catalogue dont le rôle est de garder en mémoire les opérations de tri ou de retouche effectuées. C’est là la force de ce logiciel : les images de bases ne seront pas affectées par les retouches, et il sera toujours possible de revenir en arrière, même des années après ! Nous importons alors les premières images dans notre catalogue : des photographies fournies par Nicolas pour l’exercice.

Interface et outils de tri
Ces images importées, on découvre l’interface logiciel et plus particulièrement les outils mis à notre disposition pour la visualisation et le tri des images. On peut ajouter des mots clés, descriptions, notes, marqueurs, libellés… pour une photo ou pour des groupes de photos, qui nous permettrons de les retrouver plus facilement plus tard. Lightroom permet aussi de créer des collections pour rassembler des photos. Ces collections peuvent être dynamiques: par exemple, une collection peut contenir toutes les photos auxquelles on aura attribué une note de 5 étoiles, un bon moyen pour retrouver au même endroit nos meilleures photos, sans les déplacer « physiquement » !

lightroom
Le module développement
Après avoir expliqué et découvert le logiciel et son interface, le stage touche déjà presque à sa fin ! Pas de temps à perdre donc, nous passons au module « développement » de Lightroom, qui permet d’effectuer des retouches aux images. En quelques clics, il est très facile d’ajouter un peu de contraste ou d’ajuster la balance des blancs d’une image, et si besoin, d’appliquer les retouches à un groupe d’images qui auraient les mêmes défauts !

Les autres modules
Lightroom bénéficie également d’un module « cartes » qui permet de trier ses images par localisation sur une carte du monde. Pratique pour les photographes voyageurs ! On y trouve aussi un module « livres » qui permet très facilement de concevoir la mise en page d’un livre simple avec ses photos, prêt à imprimer. Le module « diaporama », comme son nom l’indique, permet de créer simplement des diaporamas avec un groupe d’images choisies. Dans le même genre, nous avons le module « impression », et le module « web » qui permet de créer en quelques clic un site web de présentation de nos photos !

lightroom
Après 4h de formation bien remplies, les stagiaires posent leur dernières questions, et demandent déjà la suite ! Dans ce stage de découverte, les outils de retouches sont abordés rapidement, l’accent étant mis sur la découverte du fonctionnement, de l’interface et des outils de tri, indispensables à connaitre pour commencer avec ce logiciel. Mais Lightroom permet d’aller bien plus loin au niveau de la retouche, et ces outils feront l’objet d’un nouveau stage réservé à ceux qui ont déjà de bonnes bases avec le logiciel. Si cela vous intéresse, abonnez-vous à notre newsletter pour être tenus au courant lorsque ce second stage sera prêt !

Prochaine session du stage « Lightroom pour les photographes » : samedi 8 juin à 9h. D’autres dates seront ajoutées par la suite.

Voir plus de photos du stage

Nicolas Dartiailh aux Expolaroïd

expolaroid, fête du polaroid

En avril 2013, Expolaroïd est la première édition d’un évènement national qui fête le Polaroïd : le mois du Polaroid. Il regroupe plus de 100 photographes adeptes de la photographie instantanée, dont notre formateur Nicolas Dartiailh!

Expolaroïd, c’est aussi plus de 40 événements (expositions, projections, ateliers, conférences) dans plus de 20 villes en France et à L’étranger. Lyon participe à la fête avec le programme suivant :

# Du 3 au 27 avril #  Tout le mois d’avril « l’Appart-Galerie » (24, rue du mail 69004 Lyon) sera ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h.

# 13 avril # Partez à la découverte du Polaroid à travers un Rallye polaroid dans Lyon le 13 avril prochain (www.polaparty.fr). Ce safari photos à la fois Lyonnais et Nantais le jour même en simultanée, sera suivi d’un apéro le soir avec remise de prix à 18h, « Appart-Galerie » 24 – 26 rue du mail Lyon

# Le 18 avril #  Un vernissage-Dégustation de vins sur invitation est prévu de 18 à 22H dans un l’Appart-Galerie, et avec la participation de Bong-a-pola pour un tirage de portrait cabine polaroid sur place !

Plus d’infos sur cet événement sur le site www.expolaroid.com

J’ai participé au stage « Initiation studio Portrait »

stage initiation studio portrait
Samedi 19 janvier à 8h, Lauriane, Stéphane, Cédric et moi avions rendez-vous avec le photographe Nicolas Dartiailh pour un stage d’initiation à la photographie de portrait en studio.

Après avoir bavardé un peu autour d’un café, le temps pour chacun de se présenter brièvement, le stage débute par une présentation du matériel de studio. Les lumières continues, les flashs, les accessoires comme la boite à lumière, le bol beauté, le parapluie, le barn door, le réflecteur, les filtres colorés, etc, chaque outil a été mis en place afin de comprendre comment l’utiliser, quels sont ses effets et dans quel cas il est intéressant.

stage initiation studio portrait

Avant que notre modèle n’arrive, ce sont les stagiaires qui prennent tour à tour place devant les objectifs. On fait les premiers essais de lumières et de réglages : comment placer les lumières par rapport au modèle pour obtenir des contrastes doux ou au contraires des ombres franches ? Comment régler son boitier pour être adaptés aux lumières du studio ?

stage initiation studio portrait

On découvre vite que les lumières continues ne suffisent pas à éclairer suffisamment le modèle, et qu’il faut donc utiliser les flashs de studio. Pour synchroniser les flashs avec les boitiers des stagiaires, Nicolas nous explique qu’il y a deux solutions: le câble synchro ou l’émetteur infrarouge.

L’utilisation d’un câble entre l’appareil et les flashs étant contraignante, nous allons utiliser les deux émetteurs infrarouge de Photostage. Ceux-ci sont fixés sur la griffe flash des reflex et communiquent aux lumières uniquement l’ordre de déclenchement de l’éclair de lumière. L’appareil ne peux pas ajuster automatiquement les réglages comme avec le flash interne du boitier, on doit donc travailler avec l’appareil en mode manuel.

stage initiation studio portrait

Le formateur nous montre alors son flashmètre. Ce petit appareil permet de mesurer la lumière et aide à trouver les réglages adaptés. Nicolas nous explique son fonctionnement et nous mesurons avec la lumière envoyée par chaque flash à l’emplacement du modèle afin de régler les boitiers.

stage initiation studio portrait

Chaque stagiaire a pu s’entrainer en prenant pour modèle un autre stagiaire, tandis qu’un autre lui servait d’assistant pour l’aider à manipuler les lumières ou tenir et orienter le réflecteur. Communiquer avec son modèle et ses assistants est primordiale en photographie de studio, et jouer chacun à son tour le rôle du photographe, de l’assistant et du modèle est formateur.

Chaque photographie est regardée et commentée ensemble pendant les prises de vue afin d’améliorer la qualité des prochaines images et comprendre tout de suite ce qui ne va pas si l’image ne correspond pas à ce qui a été voulu.

stage initiation studio portrait

Au alentour de 10h30, chacun a pu s’entrainer et commence à se comporter comme un vrai photographe de studio ! C’est alors qu’arrive Marie, la modèle pour ce stage. Marie a apporté différentes tenues qu’elle présente aux stagiaires afin de les laisser choisir celle qui les inspire le plus. Tout le monde se met rapidement d’accord pour commencer avec une petite robe blanche et une ombrelle qui inspirent à certains l’univers de Marilyn Monroe. Le formateur met un peu de musique d’ambiance en choisissant des morceaux qui collent au thème : des musiques de films dans lesquels a joué Marilyn !

stage initiation studio portrait

Une fois changée, Marie prend place sous les projecteurs et se laisse guider tour à tour par les instructions de Stéphane, Cédric et Lauriane. Portraits debout ou assis, jeux avec l’ombrelle, regards de face ou sur le côté… les possibilités sont multiples, et chaque photographe a pu laisser libre cours à son imagination pour réaliser ses portraits. Commençant à être à l’aise avec le matériel, ils n’ont pas hésiter à jouer avec pour personnaliser leurs photos. Saviez-vous qu’un réflecteur peut aussi faire un bon éventail pour réaliser du vent artificiel afin de photographier une modèle les cheveux au vent ?

Les 4h de stage sont passées très vite pour les participants qui auront appris beaucoup de choses ce matin-là.

stage initiation studio portrait

Pour finir, je conseil ce stage à tous ceux qui s’intéressent à la photographie de portrait, à la photo de studio, que ce soit pour découvrir le matériel, la technique, la gestion du modèle ou le côté artistique de la discipline.

Afin de profiter pleinement du stage, il est indispensable d’être parfaitement à l’aise avec les notions de base de la photographie et fortement recommandé de savoir travailler en mode manuel. S’il vous manque des notions techniques, passez d’abord par le stage des bases techniques (pour les notions de base, vitesse, ouverture, sensibilité, profondeur de champ…) et des techniques photos avancées (utilisation du mode manuel).

Pour les photographes confirmés, ce stage fait parti du pack « Maitriser la lumière artificielle » avec le stage de photographie au flash cobra et un DVD de formation à l’éclairage pour la photographie de studio.

stage initiation studio portrait

Des questions ou commentaires à propos de ce stage ? Écrivez un commentaire ci-dessous, nous vous répondrons.
Cliquez ici pour connaitre les dates des prochaines sessions et vous inscrire.

Pour voir toutes les photos de la session, rendez-vous sur
l’album photo du stage.

Lectures de portfolio le Vendredi 30 novembre à Photostage

Vendredi 30 novembre, venez présenter votre portfolio à l’un de nos photographes professionnels pour bénéficier de conseils personnalisés !

Pendant une vingtaine de minutes, nous vous proposons de discutez avec le photographe formateur de votre choix. Apportez vos images au format papier ou numérique (pc portable, tablette, clef usb) et profitez de l’expérience de nos formateurs. L’événement est gratuit et ouvert à tous, à la seule condition de réserver votre place à l’avance sur notre site internet, pour le photographe et le créneau horaire de votre choix.

Rencontrez selon vos préférences les photographes Denis Chaussende, Éric Martzloff, Nicolas Dartiailh ou Emmanuel Rondeau. Voici quelques informations pour faire connaissance avec eux si vous ne savez pas qui décider de rencontrer:

Denis ChaussendeDenis Chaussende
Fondateur et responsable de Photostage
Photographe professionnel spécialisé dans l’événementiel, le portrait, l’architecture et l’illustration, il travaille depuis de nombreuses années dans le monde de la formation aux entreprises et particuliers.
Voir son site web

Eric MartzloffEric Martzloff
Formateur sur les stages Noir et Blanc, Composition, Retouches photos, Photos de Nuit et Série Urbaine.
Photographe auteur, spécialisé dans le portrait et le reportage, il met à profit son expérience dans la formation en milieu médical.
Voir son site web

Nicolas DartiailhNicolas Dartiailh
Formateur sur les stages Techniques, Studio et Flash.
Photographe professionnel travaillant pour la presse magazine et spécialisé dans le documentaire photographique, le portrait et l’évènementiel, il met en partage son expérience et ses compétences.
Voir son site web

Emmanuel RondeauEmmanuel Rondeau
Formateur sur le stage week-end Paysage et Animaux en Drôme Provençale.
Photographe et vidéaste, Emmanuel Rondeau est spécialisé dans la création d’images natures, paysagère et animalière.
Voir son site web

Présentez vos photos mais aussi vos vidéos !

Vous faites de la vidéo en plus de faire de la photo ? Vous pouvez également présenter vos vidéos en rencontrant le photographe et vidéaste Emmanuel Rondeau ! Apportez de cours extraits vidéos (n’oubliez pas que chaque session de lecture ne dure qu’une vingtaine de minutes) pour bénéficier de ses conseils de professionnel en la matière. Si cela vous intéresse, inscrivez-vous vite pour rencontrer Emmanuel, les places sont limités !

Inscrivez-vous aux lectures de portfolio

 

J’ai participé au stage « Techniques Photos Avancées »

stage techniques photos avancées

Le matin du dimanche 9 septembre, Ali, Clémence, Hakim et moi avons décidé de renoncer à la grasse mâtiné pour une activité moins reposante mais beaucoup plus instructive : l’apprentissage des techniques avancées de la Photographie.

A 9h, nous nous sommes donc rendus à PhotostageNicolas Dartiailh, le photographe professionnel formateur, nous attendait. Après une courte présentation de lui-même et de chacun des participants, on entre dans le vif du sujet. Nicolas nous distribue un document récapitulatif du cours que chacun pourra annoter et revoir après le stage.

1ère partie : théorie, en salle

Premier point: quelques rappels techniques pour s’assurer que tout le monde démarre au même niveau. En effet, ce stage est réservé à des photographes étant déjà à l’aise avec les bases techniques, les notions de vitesse, ouverture, sensibilité. Mais quelques rappels sur l’utilisation des modes semi-automatiques de priorité à la vitesse et priorité à l’ouverture ne font pas de mal pour se mettre dans le bain et s’assurer que tout le monde suit.

On enchaine ensuite en parlant de la mesure de l’exposition. L’appareil photo n’étant pas capable de capturer une plage de lumière aussi grande que l’œil humain, il est parfois compliqué d’avoir une photo correctement exposée lorsque la scène possède de forts contrastes : des endroits très lumineux et d’autres très sombres dans la même image ! De même, lorsque la scène est très lumineuse ou très sombre, la mesure d’exposition de l’appareil peut être induite en erreur. Nous avons appris comment réagir dans de telles situations. Pour cela, nous avons parlé des différents modes de mesure des appareils : mesure multizone, à prédominance central, mesure spot ? Qu’est ce que c’est, comment ça marche, comment et dans quel cas les utiliser ?

stage techniques photos avancées

Nous avons également parlé du correcteur d’exposition et de l’histogramme, un outil permettant de contrôler la bonne exposition d’une image. Comment lire l’histogramme et comment corriger ses réglages selon les conclusions tirées si la photo s’est révélée mal exposée ? Une fois la réponse à cette question assimilée, nous avons pu passer au stade suivant : l’utilisation du mode manuel !

En manuel, c’est le photographe qui règle la totalité des paramètres, et qui doit donc trouver un couple ouverture/vitesse qui permet de bien exposer son sujet. L’intérêt est d’avoir une grande liberté pour faire des choix visuels, encore faut-il avoir assimilé la technique pour que l’exposition soit réussie.

Pour finir cette apprentissage théorique, nous avons parlé des formats d’images en numérique : JPEG ? RAW ? Quel différence ? Lequel utiliser dans quel cas ? Quelle résolution choisir ? Qu’est ce que la compression ? Et enfin la balance des blanc : Qu’est ce que c’est ? Comment choisir les bons réglages ? Pourquoi certaines photos, en intérieur surtout, apparaissent parfois jaune/orange, et comment y remédier ?

Après un peu plus de 2h de formation, nous avions emmagasiné beaucoup d’informations intéressantes. Une petite pause était la bienvenue avant d’attaquer la partie pratique. C’est aussi l’occasion de discuter et de poser des questions au formateur de manière un peu plus informelle, tout en prenant un sirop ou jus de fruit rafraichissant (il faisait bien trop chaud pour boire un café !).

stage techniques photos avancées

2ème partie: pratique, en extérieur

Nous avons ensuite suivi Nicolas dans le quartier, où il s’est arrêté devant plusieurs endroits intéressants pour nous proposer des exercices pratiques. Premier exercice : tester les modes de mesure multizone, à prédominance centrale et la mesure spot, sur un même sujet, afin de comprendre les différences entre chacun d’eux, et dans quel cas l’un sera à privilégier.

Second exercice : utiliser la mesure spot ponctuelle sur un sujet à fort contraste afin de privilégier dans un cas les parties sombre, dans l’autre les parties claires, comme nous l’avions vu dans la partie théorique. D’autres exercices ont suivis, qui nous ont permis de vérifier que tout avait bien été compris, de comprendre ce qui nous paraissait encore abstrait en théorie, et d’approfondir.

Puis Nicolas nous a laissé nous entrainer quelques instants, sans exercice précis, pour que nous pratiquions en réalisant les photos que nous voulions. Il est venu nous voir chacun à notre tour afin de répondre à nos questions et de donner des conseils personnalisés.

stage techniques photos avancées

Dernier exercice : le portrait en mode manuel. Par groupe de deux, nous devions réaliser le portrait l’un de l’autre en mode manuel. Après quelques ajustement pour trouver une exposition correcte, nous pouvions jouer avec les réglages pour effectuer nos propres choix visuels. Essais en plein soleil, puis à l’ombre, c’est l’occasion de tester différentes choses avec l’aide d’un photographe expérimenté pour nous guider et répondre à nos interrogations.

Au bout de 4h, le stage se termine. Nous rentrons au local récupérer les affaires dont nous ne voulions pas nous encombrer. C’est l’occasion de poser les dernières questions, et pour Nicolas de demander « Est ce que ce stage a répondu à vos attentes ? ». La réponse d’Ali ne se fait pas attendre « C’est sûr, ce stage a répondu à mes interrogations, et j’ai appris beaucoup de choses ! Il va falloir continuer à pratiquer maintenant. »

stage techniques photos avancées

Pour conclure, je recommande ce stage à :
- Ceux qui maitrisent les notions d’ouverture, vitesse et sensibilité, et souhaitent aller plus loin dans la technique.
- Ceux qui ont fait le stage « Bases Techniques de la Photographie » et aimeraient une « suite ». Il est préférable de laisser passer suffisamment de temps entre ces deux stages pour avoir pu mettre en pratique les bases apprises dans le stage destiné aux débutants.
- Ceux qui utilisent leur appareil dans les modes semi-automatique (priorité vitesse, priorité ouverture) et souhaitent apprendre à utiliser le mode manuel.
- Ceux qui se posent des tas de questions sur l’exposition, les modes de mesure, l’histogramme, la balance des blancs… ou rencontre des difficultés dans certains cas de prises de vue comme un fort contraste du sujet, bien qu’ils maitrisent les bases.

Par contre, ce stage n’est pas destiné à :
- Ceux que la technique rebute, ou qui souhaite un stage pour se concentrer sur l’esthétique de l’image. D’autres stages sont destinés à cela, par exemple le stage « L’Art de la Composition »
- Ceux qui ne sont pas sûr de bien maitriser les bases, pour qui les notions fondamentales de vitesse, ouverture et sensibilité ne sont pas encore complétement acquises. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à faire le stage des « Bases Techniques de la Photographie » avant, même si vous pratiquez la photo depuis longtemps et que vous n’êtes plus totalement un débutant : le stage de bases est également très complet et bien avoir assimilé les bases vous permettra de profiter pleinement du stage de techniques avancées.

stage techniques photos avancées

Comment choisir entre le stage de « Bases Techniques » et celui de « Technique Photo Avancées » ?
Vous êtes nombreux à vous poser ces questions « Ai-je le niveau pour le stage de technique avancées ou dois-je commencer par les bases ? » et « Quelle est la différence entre ces deux stages ?« . Pour faire simple, disons que si :
- Vous utiliser tout le temps ou presque le mode automatique de votre appareil : commencez par les bases.
- Vous utilisez les modes semi-automatiques priorité vitesse et priorité ouverture, mais n’êtes pas vraiment à l’aise avec les notions d’ouverture, vitesse et sensibilité : commencez également par les bases
- Vous utilisez généralement soit les modes semi-automatiques soit le mode manuel, et êtes tout à fait à l’aise avec les notions d’ouverture, vitesse et sensibilité, mais voulez aller plus loin : vous pouvez passer directement au stage de Technique Photo Avancées.

stage techniques photos avancées

Vous voulez voir plus de photos de ce stage ? C’est par Ici.
Envie de vous inscrire ? C’est par là.

Vous avez participé à ce stage ? Donnez nous votre avis en commentaire !
Vous avez des questions à propos de cette formation ? Posez-les ci dessous, nous vous répondrons !

Interview de Nicolas Dartiailh

Bonjour à tous !

Aujourd’hui commence une série d’interviews qui vous permettra de faire connaissance avec chacun de nos formateurs. Le premier photographe à se plier au jeu est Nicolas Dartiailh.

Bonjour Nicolas. Tu es aujourd’hui photographe professionnel, mais depuis combien de temps pratique-tu la photographie ? Et qu’est ce qui t’a donné envie de faire de la photo ?
Je pratique la photographie sérieusement depuis 15 ans, mais je fais des photos depuis mes 6 ans. En fait, j’ai toujours été proche de l’image. J’ai toujours été attiré par l’image fixe en général, qu’il s’agisse de photo ou de peinture. J’aime le côté « concret » de l’image, avec un support, qu’il soit papier ou écran, contrairement à la musique par exemple, qui me parait plus « virtuelle ».

Parles-nous de tes photos : quels sont les sujets que tu aimes le plus immortaliser ?
Je fais beaucoup de portraits. Je travail surtout sur des sujets humains. J’aime représenter l’Homme, sa relation à son espace, sa relation aux autres, l’image qu’il projette, celle que l’on peut avoir de lui…

Y a-t-il une photo en particulier dans ton portfolio qui t’a marquée et  que tu voudrais nous montrer ?
Il y a cette photo de Kiyoshi Kurosawa prise en 2006. C’est un réalisateur japonais très connu qui passait à Lyon. J’ai beaucoup attendu avant de pouvoir le photographier. Il donnait une interview avant, et quand j’ai enfin pu le rencontrer et obtenir son autorisation pour la photo, je n’ai eu droit qu’à 5 minutes pour la prise de vue! J’ai du faire avec le lieu, très banal et pas du tout adapté, dont je disposais. De plus, ce monsieur ne parlait que le japonais, et nous n’avions pas de traducteur. J’ai essayé de communiquer avec lui comme j’ai pu par gestes, en lui mimant comment se tenir, où regarder. Ce n’était pas évident, mais malgré les conditions difficiles, je suis content du résultat. Le portrait dégage une ambiance vraiment particulière, on sent que quelque chose se passe, se crée dans cette image. On a du mal à imaginer l’à côté, tout semble organisé et préparé, alors que seules 5 ou 6 photos ont été prise en tout. Je travaillais en argentique pour ces images.


De quoi s’inspire ton travail ?

Mon travail s’inspire du cinéma, de la musique, de la peinture. J’aime beaucoup  la peinture du 15ème et 16ème siècle, on y trouve beaucoup de portraits, notamment dans les peintures Hollandaises et Flamandes, où le traitement de la lumière est vraiment intéressant.
Des photographes célèbres m’inspirent aussi dans mon travail. Par exemple Alec Soth pour ses ambiances et les sujets décalés qu’il retire du quotidien dans ces photos ; ou encore Robert Frank pour sa vision intimiste et personnelle en terme d’utilisation de la photographie. Je trouve très intéressant le fait qu’il utilise plusieurs supports : photos et écritures mélangés.

Quel matériel utilises-tu principalement pour tes photos ?
Je travail avec un reflex numérique, souvent avec des focales fixes. Je possède une gamme d’objectif allant du 24 au 100 mm, c’est-à-dire du très grand angle au téléobjectif. J’utilise également des flashs de studio pour mes portraits. Je change beaucoup de format d’image : carré, panoramique, rectangulaire… selon mes envies et mes projets du moment.

Parles-nous des photos que tu réalises en tant que photographe professionnel, quels sont les sujets que tes clients te demandent le plus ?
Je travail beaucoup sur des portraits pour la presse, essentiellement la presse féminine régionale. Mais il m’arrive de faire également des photos d’architecture, d’entreprises, ou d’événementiel. J’ai aussi fait quelques photos pour des visuels d’album ; c’est un travail intéressant car très créatif, à moi de trouver la bonne ambiance pour créer une image qui corresponde à la musique de l’album.

As-tu fait des expos ? Des livres ? Des dvd ? Où peut-on voir ton travail ?
J’ai fait plusieurs expositions. En mai 2006 j’ai participé à une exposition collective dans le cadre du festival les Boutographies (Montpellier), avec une série intitulée « Le bleu du ciel ». La même année j’ai fait une exposition personnelle à la bibliothèque municipale du  1er arrondissement de Lyon. En 2008 j’ai présenté mon exposition « Hors scène / hors champ », « Parcours associé » à l’occasion du Septembre de la photographie à l’Épicerie moderne de Feyzin. En 2010, j’ai exposé pendant presque 3 mois à Berlin en collaboration avec Élise Graton, dans le cadre de « 60sexyjahre in Berlin : l’Institut français de Berlin fête ses 60 ans ! », à l’Institut français de Berlin et la Maison de France. L’exposition présentée, « Berlin et ses collines », un projet photographique et sonore, sera d’ailleurs visible prochainement à Photostage ! Ce projet a donné naissance à un ouvrage publié à compte d’auteur à 20 exemplaires numérotés et signés, accompagné d’un tirage couleur et d’un cd audio pour les interviews sonores.
Pour voir mon travail, le plus simple est d’aller sur mon site internet http://www.nicolas-dartiailh.com

Sur quels projets travailles-tu en ce moment ?
J’ai actuellement deux projets en cours. Une série de portraits sur les objets de consommation que j’espère avoir fini avant juin ; et une autre série de prises de vue de personnes dans la nature mais je n’en dit pas plus pour le moment, vous découvrirez ça en temps voulu !

Depuis quand es-tu formateur à Photostage ? Qu’est ce qui t’a donné envie de faire de la formation à la photographie ?
Je suis formateur Photostage depuis début 2010 si je me souviens bien.
J’ai toujours aimé partager le plaisir que j’ai de faire de la photographie avec d’autres photographes. J’ai connu Denis Chaussende, le fondateur de Photostage, lorsque nous avons travaillé ensemble sur des projets photographiques, notamment le festival les nuits sonores. Nous avons liés une amitié, et comme l’entreprise se développait et qu’il avait besoin de photographes pour assurer les formations, et qu’il connaissait mes capacités, il m’a proposé de devenir formateur.
Depuis cette année, j’enseigne également la photographie dans une école d’art de Lyon.

De quels stages t’occupes-tu ? Parles-nous de ces stages.
C’est moi qui m’occupe de tous les stages « Bases techniques de la Photographie », « Techniques Photos avancées », « Initiation Studio Portrait » et du nouveau stage « La Photo au Flash » dont j’ai entièrement créé le contenu. Avant, je m’occupais du stage « Photo de nuit ». Aujourd’hui, un autre formateur a pris le relais pour ce stage, mais il m’arrive d’en faire de temps en temps. J’en ai encadré un lors de la dernière fête des lumières.
Ce qui me plaît dans ces stages est le partage entre technique et créativité. Si les stages des bases techniques, techniques photos avancées et photos au flash sont d’abord des stages techniques, le côté créatif est bien là. Quand au stage d’initiation au portrait en studio, on y retrouve le côté humain, relationnel, que j’aime photographier dans mes sujets personnels.

As-tu des anecdotes à nous raconter à propos des stages ?
Lors du stage photo de nuit pendant la fête des lumières, la foule était si dense qu’à un moment, j’avais perdu de vue presque tous mes stagiaires ! Heureusement, j’avais leur numéro de portable et j’ai pu tous les appeler un par pour les retrouver.

Pour toi, qu’est ce qu’une photo réussie ?
Je dirais qu’une photo est réussie lorsque l’on pense différemment après l’avoir vue, qu’elle nous fait changer notre vision des choses sur le réel et le quotidien.

Vernissage de l’exposition « Berlin et ses Collines »

Le vernissage de l’exposition de Nicolas Dartilailh et Élise Graton intitulée « Berlin et ses Collines » a eu lieu vendredi 30 mars à la galerie Photostage. Ce fut l’occasion pour tous les visiteurs de découvrir ces photos présentée pour la première fois en France; et de rencontrer l’auteur, qui est également l’un des formateurs de Photostage.

Pour ceux qui n’auraient pas pu venir, il vous reste jusqu’au 8 avril pour venir découvrir les images de Nicolas Dartiailh dans notre galerie des pentes de la Croix-Rousse.

Venez également voir l’album photo de l’exposition sur le blog.

Exposition « BERLIN ET SES COLLINES »
à Photostage !

La galerie Photostage accueille du lundi 26 mars au dimanche 8 avril 2012 l’exposition BERLIN ET SES COLLINES, projet photographique et sonore réalisé par Nicolas Dartiailh (photographies) et Elise Graton (interviews sonores et textes).

Ce travail exposé à l’Institut français de Berlin est pour la première fois présenté en France!

Lors du vernissage qui aura lieu le vendredi 30 mars 2012 à 18h, vous pourrez découvrir l’exposition enrichie d’une installation sonore pour diffuser les interviews audio.

Un mot des auteurs sur leur exposition:
« Ce qui semble naturel est en réalité un artifice : les collines verdoyantes qui animent la plate monotonie du paysage berlinois sont en majorité d’anciens Trümmerberge ou collines de ruines. Longtemps considérés comme des zones taboues et dangereuses, ils font désormais partie du paysage et le plaisir des citadins.

Bien plus que sur le travail de mémoire, notre intérêt s’est porté sur l’empreinte toute contemporaine des Trümmerberge et sur leur place dans le quotidien des Berlinois. Grâce à la rencontre des personnes qui investissent quotidiennement les lieux, à leurs récits et impressions personnelles, il est question de percevoir comment ces sites emblématiques de la destruction se fondent aujourd’hui dans le paysage urbain et comment les Berlinois se les approprient.

Notre projet photographique et sonore est une invitation à la découverte des anciens Trümmerberge, cet univers d’origine insolite et douloureuse. Nous espérons ainsi encourager la réflexion quant au rôle du paysage urbain dans l’histoire complexe et fascinante de Berlin ainsi que dans la représentation de soi, de son histoire personnelle. »

Venez nombreux découvrir cette exposition !
Plus d’infos sur l’événement Facebook